Les livres pour l’initiation au brassage amateur pullulent ces derniers temps. Par chance j’ai reçu en cadeau ce livre, « Faire sa bière à la maison » écrit par les brasseurs de La Montreuilloise. Au premier abord il est assez fourni et les recettes présentes sont très intéressantes. Pour vous mettre l’eau à la bouche, on peut citer : la rousse au raisin, la blanche au litchi ou encore l’ambrée à la fleur de sureau. Mais il y a quelques ombres au tableau …

Oh du placement de produits ?

Si il y a une chose qui gâche les recettes c’est la mise en avant de la levure Fermentis. Pas une seule recette sans un sachet de cette marque. Alors oui cette marque est un acteur important sur le marché de la levure à destination des amateurs. Mais non ils ne sont pas les seuls et il serait triste de se cantonner à leurs produits. En sèche ou en liquide, l’offre est assez importante et spécialisée pour s’affranchir de cette marque.

Des choses bizarres

L’empâtage pendant 45 minutes me pose un problème. Est-ce que tous les sucres sont extraits ? J’ai des doutes.

Target, target et target. Pour une brasseur amateur de n’avoir qu’un seul houblon en amérisant est une bonne et mauvaise idée. Bonne idée car l’initié ne devra acquérir qu’un seul houblon. Mauvaise idée car l’initié ne comprendra pas que d’autres houblons existent.

La quantité de moût à l’ébullition est trop importante. Voir irréaliste pour un amateur. Dans le meilleur des cas, les 29 litres ne laisseront que 2 cm dans une cuve de 30 litres … et avec le remoud le brasseur aimera récurer son plan de travail. Il est à mes yeux, plus intéressant d’avoir un volume pré-ébullition de 26 litres.

90 grammes de sucre pour la mise en bouteille, alors que 20 litres sont attendus en fin d’ébullition. Sachant que beaucoup de bière belge tourne autour des 7 grammes de sucre par litre. Et ce dans le but d’avoir une bonne pétillance. Oui en Belgique on aime les bulles dans les bières … Je chicane, ce paramètre pourra être facilement adapté par le brasseur.

Les recettes

En dehors de ces points noirs le livre introduit de belles recettes. Personnellement je le vois plus comme source d’idées pour élaborer mes recettes. Il y a de très belles références. Si vous êtes en manque d’inspiration n’hésitez pas à acquérir le livre, mais gardez en tête que vous allez devoir retravailler celles-ci. N’hésitez pas à utiliser LittleBock. C’est gratuit, francophone (par des Français), et assez complet.

Conclusion

Un ouvrage plus que correcte et au dessus du lot, même si quelques points noirs viennent obscurcir le tableau. Un livre à conseiller pour les brasseurs amateurs qui débutent.