Une des demandes qui me revient le plus souvent est simplement de connaître le matériel nécessaire pour commencer à brasser. Oui mais au meilleur prix  et comme j’aime donner des frayeurs aux gens, en tout grain !

Le tout grain c’est quoi exactement ? C’est simplement brasser avec du malt et non des extraits. Je n’ai rien contre les extraits, loin de là, mais à mes yeux c’est comme faire un cake au chocolat avec les tubes de pâte toute faite vendus en supermarché. Le goût, la texture, les bulles sont présents mais il manque un « je ne sais quoi » …

Dans cet article vous retrouverez le minimum vital pour brasser 6 à 7 litres de breuvage. Ne vous attendez pas à des recettes reproductibles, mais à l’heure actuelle je n’ai encore empoisonné personne et les retours sont les mêmes que sur une installation plus grande.

Matériel nécessaire (ne comprend pas les ustensiles de cuisine)

Récapitulatif des étapes clés du brassage

  1. Nettoyer/Désinfecter son matos
  2. Concasser le malt
  3. Empâter le malt
  4. Filtrer le moût
  5. Bouillir le moût
  6. Refroidir le moût
  7. Fermenter
  8. Embouteiller

8 étapes par lesquelles il vous faudra passer. Certaines peuvent être raccourcies …

1. Nettoyer/Désinfecter son matos

Etape cruciale. Pour se faire je vous invite à acquérir un désinfectant de type Five Star Star San, disponible pour 8,95€ ici. Certaine personne utiliserait sur Internet une goûte d’eau de javel non aromatisée dans 10L d’eau … A voir si ce n’est pas toxique, mais ça permettrait de grappiller un peu d’argent …

Ma méthode pour cette étape est simple : je prend mon seau de fermentation, je le nettoie au liquide vaisselle, j’essuie celui-ci avec un essuie propre. Je m’attaque ensuite aux ustensiles de cuisine qui seront utilisés.

Je remplis ma cuve de filtration d’eau, je saupoudre de désinfectant et j’y plonge tout ce qui doit être désinfecter : robinet du seau de fermentation, barboteur, joint, etc.

2. Concasser le malt

Le matériel « couteux » commence à apparaître. Par chance, au fil de mes pérégrinations j’ai trouvé un moulin à malt réellement pas cher. Comptez néanmoins 45,30€. C’est un moulin de type Corona, et c’est ce même moulin que j’utilise. Ce n’est pas le meilleur moulin au monde, mais avec un peu d’entrainement votre mouture sera correcte.

Bien sur certaines boutiques proposent de vous concasser le malt (avec un léger sur-coût). Ce qui peut être une belle alternative. Et si vous êtes vraiment économe, n’hésitez pas à prendre contact avec un brasseur amateur de votre région 😉 … Il pourrait vous dépanner.

3. Empâter le malt

Phase d’une grande importance, sans celle-ci pas de sucre, qui dit pas sucre dit pas d’alcool. Un peu gênant sachant que l’on désire faire une bière … A l’heure actuelle, retenez que l’amidon contenu dans le malt est transformé par des enzymes en saccharose. Pour que ces enzymes travaillent il faut chauffer votre moût à 66° (le temps et la température dépendent de la recette). Le moût c’est quoi ? C’est la liqueur filtrée en faisant baigner vos grains dans de l’eau chaude. Pour info c’est sucré et ça à un bout goût.

Lors de cette étape, il vous faudra une marmite de 10L. Sa taille dépendra du volume de bière désiré. Une chose est certaine, si vous désirez suivre les tutos « Premiers pas », une marmite de ce volume sera suffisante. A ce niveau là on en trouve à tous les prix, mais sachez que notre amis le suédois en propose à un prix démocratique.

Astuce(s) : Construisez-vous une cuve d’empatage avec une glacière (en saison, 15€ chez Action). Cette cuve vous permettra de brasser en 25 litres dans le futur.

4. Filtrer le moût

Vous vous souvenez de la cuve de filtration à 7,73€ ? Elle va enfin vous servir à quoi elle est destinée.

Astuce(s) : Si vous avez obté pour la glacière, n’hésitez pas à ajouter une tresse inox et un robinet pour filtrer (au lieu d’utiliser une cuve dédiée).
Pour filtrer le froment, je vous invite à faire quelques trous de 4mm. Ce type de céréale à tendance à colmater et à boucher la cuve de filtration.

5. Bouillir le moût

On reprend notre marmite de 10L utilisée lors de l’empâtage. Pas de souci, vu la quantité de malt vous aurez vidé l’entièreté de celui-ci dans la cuve de filtration.

Astuce(s) : Vu la différence de prix entre une marmite suédoise de 10L et une cuve Bergland de 30L (+/-10€), je vous invite à acheter celle-ci vous aurez directement une cuve pour passer à la vitesse supérieure.
Pour l’ébullition, la vitro-céramique n’est pas ce qui se fait de mieux. Le gaz et l’induction sont une grosse plus-value.

6. Refroidir le moût

Cette étape est plus importante que le pense certain brasseur amateur. Elle permet d’effectuer une cassure à froid. Principe qui vous permettra de clarifier votre bière. Elle permet d’arrêter le processus qui permet d’avoir l’amertume du houblon. Et surtout cette étape permet de limiter la probabilité d’infecter son brassin.

Vu la taille des brassins, je vous propose de passer par un système ingénieux de … pains de glace. Pour faire ces pains de glace il vous faudra congeler des bouteilles d’eau en plastique. Rien de compliqué et de couteux en perspective.

Astuce(s) : Pour améliorer le refroidissement, lors de celui-ci la cuve à refroidir sera disposée dans votre évier avec les pains de glace. De l’eau circulera et permettra de faire baisser rapidement la température.

7. Fermenter

Si on désire avoir de la bière, cette étape sera nécessaire. Il vous faudra un seau en plastique alimentaire pouvant être fermé hermétiquement sur lequel sera installé un barboteur, le joint du barboteur et un robinet de soutirage. Pour le seau alimentaire je vous conseille de vous rendre dans une sandwicherie, un boucher, un traiteur, ou tout autre métier de la bouche pour voir si ils n’ont pas un tel seau à donner. Sinon dans le pire des cas, comptez un petit 5€. Pour le joint, le barboteur et le robinet en PVC. Il vous en coutera 3,95€ + 0,98€ + 1,55€.

Astuce(s) : Sur de si petit brassin il est tout à fait possible de travailler avec des seaux de 30L. La petite astuce est de ne pas transvaser lors de la deuxième fermentation afin de ne pas oxyder votre moût.

8. Embouteiller

Pour vos premiers pas, je vous invite à utiliser des bouteilles à fermeture mécanique. On partira du principe que vous allez acheter 24 bouteilles de 33cl pour commencer. Un petit budget, mais qui pourra facilement être récupéré. Et agrandi avec les dons de bouteilles de vos amis.

Astuce(s) : Un des meilleurs investissement est celui d’une bonne capsuleuse. L’acquisition de bouteilles sera plus aisées et plus facile à mettre en route auprès des amis.
Prenez directement une capsuleuse de table 26mm et 29mm.

Conclusion

Vous l’aurez remarqué, le prix pour commencer à brasser en tout grain est variable. Dans le meilleur des cas celui-ci sera de 54,20€. Cette somme comprenant : la cuve de filtration, la marmite de 10L, un barboteur, le joint et le robinet en PVC. Tout le reste des fournitures aura été acquis par la débrouille. Dans le « pire » des cas, la somme nécessaire pour commencer à brasser est de 128,33€. Vu la somme, est-il encore nécessaire de brasser en 10L ? Non, je pense que sans débrouille, récupération mieux vaut passer à plus gros comme volume. Ajouter 50/100€ et avoir du matériel permettant de brasser 25L.

Cet article n’est que le commencement d’une série mettant en avant la débrouille pour vos premiers pas dans le tout grain.

La majorité des prix viennent de la boutique Homebrewshop.be. Seules les bouteilles à bouchon mécanique viennent de Brouwland. Aucune de ces deux boutiques n’a payé votre dévoué pour être mentionnée dans cet article.